Décembre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Quand l’innovation devient sociale

Et si inventer de nouveaux modes de consommation, de distribution, d’habitation, de transports… contribuait à faire progresser la société au même titre que l’innovation technologique. C’est en tout cas ce que pense un certain nombre d’acteurs économiques socialement innovant.

« L’innovation économique et technologique est pressée par la concurrence, le marché et la logique de progrès technique. Or, il existe d’autres formes d’innovation comme celles répondant à des besoins sociaux émergents non couverts ». La précision est de Laurent Fraisse, socio-économiste au laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique. Et elle a son importance, car l’innovation sociale et sociétale peine encore à se définir. Mais elle a bel et bien ses acteurs, tels les entrepreneurs sociaux, créateurs d’activités et d’entreprises dont le but est de répondre à des nouveaux enjeux en termes de développement durable, de droits humains… Ces derniers peuvent appartenir au mouvement de l’économie sociale et solidaire (associations, coopératives, insertion par l’activité économique...), mais pas uniquement. « Dans tous les cas, la finalité est sociétale, l’idée, c’est de proposer d’autres procédés de production, de consommation, d’autres modes de coopération… C’est une économie différente. Les AMAP[1], par exemple, répondent à cette définition. Mais l’innovation sociale, ce sont aussi des mouvements sociaux qui induisent de nouveaux comportements, qui peuvent être déviants au départ, mais qui à un moment donné commencent se diffuser dans la société », poursuit Laurent Fraisse. La crise a pu, du reste, y contribuer en institutionnalisant un peu la place de l’innovation sociale et sociétale dans l’économie. Ainsi, en janvier 2009, Manuel Barroso, président de la commission européenne, déclarait : « La crise financière et économique a encore accru l’importance de la créativité et de l'innovation en général, et de l'innovation sociale en particulier, comme facteurs de croissance durable, de création d’emplois et de renforcement de la compétitivité ».

Mutualiser et valoriser

L’innovation sociale peut donc contribuer à nous faire sortir de la crise et ce par plein de biais différents. Car le mouvement est multiforme. Et Laurent Fraisse de citer le groupe Archer, fabriquant, entre autres, de chaussures éthiques « made in Romans », mêlant production locale, fabrication de produits bio, équitable, solidaire accessibles aux plus défavorisés... C’est l’une des actions détaillées dans le document « 50 propositions pour changer de cap » rendu public fin 2009 par le Laboratoire de l’économie sociale et solidaire[2]. Mutualiser les actions pour faire sens, tel est en effet l’un des enjeux des acteurs de l’innovation sociale. Dans un autre domaine, Catherine Von Dahle, conseillère innovation sociale au Centre francilien de l’innovation dont le but est d’aider au développement économique par un soutien financier à la R&D, tient le même langage. Son organisation instruit, par exemple, depuis deux ans une aide financière particulière pour développer l’innovation responsable, c’est-à-dire des projets ayant un impact social et/ou environnemental. Objectif final : faire levier, valoriser, soutenir, mais aussi aider à un équilibre financier. Elle détaille : « nous privilégions les activités venant en aide aux personnes fragiles ou permettant un accès pour tous aux droits fondamentaux tels que l’éducation, le logement, les transports, etc. Et celles-ci peuvent prendre plusieurs formes : élargir le public pouvant s’intéresser à la micro-finance, développer des solutions juridiques et fiscales pour l’habitat coopératif, inventer de nouveaux moyens de lutte contre le surendettement, etc. ». Le point commun de tous ces projets ? « Qui dit innovation sociale dit amélioration de services ou baisse d’un coût pour la société, explique Catherine Von Dahle. La rentabilité doit être valorisable en termes d’impacts sociaux (une hausse de l’emploi par exemple correspond à une diminution de bénéficiaires du RSA). C’est ce que calcule le SROI, social return on investissement, nouvelle méthode pour mesurer la plus-value financière et sociale d'une organisation ou d'une entreprise. L’idée sous-jacente étant que les projets soient ambitieux et répliquables pour à terme proposer d’autres modèles sociaux ».

La mutualisation, tel est donc l’enjeu, car elle permet d’augmenter la visibilité et la professionnalisation des démarches. Le regroupement sur un territoire donné en est un des aspects. C’est l’un des projets du Centre européen d’entreprises innovantes, Plein sud entreprises, situé dans les Pyrénées-Orientales. Parmi les projets accueillis dans la pépinière, deux relèvent de l’innovation sociale : une SCOP immobilière qui recherche des propriétaires disposés à louer à des personnes en situation difficile, et une association développant la promotion de matériaux d’éco-construction. « Une innovation réussie, c’est celle qui trouve un marché, explique François Allaigre, Directeur du CEEI. Notre rôle : mettre en réseau les porteurs de projet innovant socialement au niveau départemental et régional, optimiser les finances, fournir les meilleurs services possibles aux usagers, professionnaliser la branche, créer des outils communs… ». Et pour aller encore plus loin dans la démarche, une pépinière dédiée exclusivement à des activités innovantes du secteur de l’économie sociale et solidaire verra le jour à Montpellier en 2011. Son nom : Essor. Sera-t-il prémonitoire ?



[1] Association pour le maintien d’une agriculture paysanne. http://www.reseau-amap.org

[2] Le laboratoire de l’ESS et Alternatives économiques se sont associés pour publier un Hors-série pratique en novembre 2010 « Pour une autre économie ».


Cet article a été initialement publié dans le magazine Jeune Dirigeant de janvier 2011 (n° 92).

Anne Dhoquois
Le 5-07-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
1 commentaire
Voir les commentaires
Powered by Walabiz