Novembre 2018


Le bonheur

Alexander Pope, né le 21 mai 1688, Lombard Street, Londres, poète anglais, ami de Swift avec qui il partage l'amour des hommes plus que celle de l'humanité.
  1. Le bonheur sincère n’est dans aucun endroit fixé,
    Car nulle part, ni partout, il ne peut être trouvé,
    Il ne peut être acheté, mais il est bien libre en soi,
    Et quitte les rois, cher ami, pour venir avec toi,
    Demande sa route aux savants : ils sont aveugles, vains,
    L’un dit de servir, et l’autre d’éviter les humains ;
    Certains hommes trouvent leur vrai bonheur en agissant,
    D’autres, prenant leurs aises, l’appellent contentement,
    Et quelques-uns trouvent que la joie devient la peine,
    D’autres, fiers, confessent que la vertu est chose vaine,
    Ou indolents, ils tombent à chaque extrême partout,
    Ou ils se fient à tout, ou bien ils doutent de tout.
    Le bonheur ne peut être expliqué, même aux vertueux,
    Mais il est en ceci que c’est le meilleur don des cieux.»
    Ô ami, que tout bonheur domestique soit le tien,
    Qu’aucun abattement trop attristant ne soit le mien,
    Moi qui depuis longtemps, m’occupe du bonheur touchant
    D’égayer le chevet du vieil âge s’affaiblissant,
    Le souffle d’une mère par des soins de prolonger,
    De chasser la langueur, et le lit de mort de calmer,
    D’explorer la pensée, de comprendre l’œil plaidant,
    Et des cieux pendant quelque temps de garder un parent.
    Si par des soins semblables la vie peut s’allonger,
    Puisse le Ciel me garder un ami pour me pleurer !
  2. Alexander Pope, "Essai sur l'homme"(extrait), 1734, traduit par Sir Tollemache Sinclair.

Alexander Pope
Le 18-02-2018
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz