Novembre 2019


Le manifeste d'un homme libre

Pouchkine était considéré au moment de sa mort à 37 ans comme le plus grand écrivain russe. Il bénéficie toujours d'une énorme popularité en Russie. Un poète attaché à sa liberté comme en témoigne ce texte.
Je ne fais guère cas de ces droits claironnants
qui font tourner la tête à plus d'un ignorant.
Ni ne murmure contre les dieux qui me refusent...
ce plaisir délicieux de contester l'impôt
ou d'empêcher les tsars de guerroyer entre eux ;
peu me chaut si la presse, en toute liberté,
mystifie les crétins, ou qu'une censure subtile
caviarde les bavards dans leurs projets d'articles.
Tout cela, voyez-vous : "Des mots, des mots, des mots" !

Tout autres sont les droits, moi, que je revendique ;
Autres les libertés auxquelles je tiens le plus :
Car dépendre du tsar ou dépendre du peuple
quelle différence ? C'est leur affaire ! En revanche
ne rendre compte à personne si ce n'est à soi-même ;
ne suivre que son gré ; ne point courber l'échine ;
pour un frac, un pouvoir, ne trahir ses idées
ni sa conscience, mais selon son bon vouloir
aller s'émerveillant des beautés de la nature,
des créations de l'art et de l'inspiration,
connaître l'émotion et les transports de joie,
ça, c'est le bonheur ! ça, c'est les droits...


Alexandre POUCHKINE, "VI, d'après Ippolito Pindemonte", le 5 juillet 1836, traduit du russe par Christiane Pighetti, 2016.

Alexandre Pouchkine
Le 11-07-2019
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz