Septembre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Revenu universel : vers un humanisme citoyen

TRIBUNE - La question du revenu universel s’est invitée dans le débat de l’élection présidentielle comme la mesure qui va réformer notre paysage social. Mesure favorisant l’assistanat pour les uns, dispositif visant à repenser de fond en comble notre rapport au travail pour les autres, cette question ne laisse personne indifférent. Emmanuel Amon, entrepreneur membre du COMEX du CJD, expose la vision du mouvement.

Revenu de base, d’existence, allocation universelle, revenu pour tous sont autant de terminologies que nos hommes politiques aiment à présenter comme des concepts nouveaux. Des idées jaillies de leurs programmes économiques et qui n’ont comme fondements communs que les termes utilisés. Et pourtant, le revenu universel est un enjeu majeur pour notre société. Longtemps travaillé par des experts du sujet en lien avec le CJD (cf. l’article de M.de Basquiat sur le LIBER en ligne sur ce site), ce principe prend son sens lorsqu’on le dépouille d’attentes politiques et qu’on le considère comme un outil d’efficacité sociale pour notre société.

La proposition du revenu universel est de transformer les réflexes de recherche d’effet d’aubaine des revenus minimum avec les allocations familiales, aides au logement en un droit pour chacun auquel se rattache une contrepartie d’inclusion dans la société.

Il a le double avantage d’atteindre ainsi objectif social et de contribuer à une simplification des systèmes fiscaux actuels. Le revenu de base est lisible, simple, unique et donc bénéfique à tous.

Mais comment le mettre en œuvre ? Comment faire vivre un tel engagement ?

Au CJD, nous aimons porter des projets d’expérimentation ambitieux. Nous souhaitons accompagner la société pour l’amener vers des territoires citoyens. Une des ambitions de notre mandat est de déterminer les nouvelles ressources de la croissance. Parmi celles-ci, la confiance est prépondérante. Elle est la condition du retour à l’emploi de ceux qui en sont aujourd’hui éloignés ; elle est le carburant de la croissance pour nos entreprises.

Expérimenter le revenu universel dans nos entreprises est le moyen le plus efficace pour porter un regard critique et constructif de l’impact de ces mesures sur l’emploi et dans notre écosystème. Auprès de nos collaborateurs et de leur entourage, nous avons la capacité de sensibiliser et d’expérimenter sur un temps long.

Quel meilleur lieu que nos entreprises pour partager cette pédagogie ? Instaurer la confiance auprès de tous les acteurs nous engage également à inviter les syndicats à participer à la mise en œuvre de ce programme. Réticents à sa mise en œuvre, ils voient en effet une opportunité pour l’entrepreneur de baisser les salaires de ces collaborateurs en prétextant une compensation par ce mécanisme. Au-delà du rôle de l’Etat qui doit veiller à ce que l’entrepreneur-profiteur soit sanctionné en cas de comportement de ce genre, il est de notre rôle de démontrer que cette mesure concerne en premier lieu le lien qui unit tous les acteurs de l’entreprise.

L’emploi est la clé de voûte du fonctionnement de nos entreprises.

Un revenu minimum est un marqueur de bien-être. Appliqué en entreprise, il favorise l’implication du collaborateur à son investissement professionnel. Mieux investi, ce dernier participe davantage à la vie de la société. Avoir une vision prospective des emplois et de leurs impacts sur notre écosystème est primordial à notre développement. Les tendances technologiques actuelles et notamment la robotisation vont détruire à court terme de nombreuses filières. Il faut leur donner les moyens de se reconfigurer. Anticiper ce retournement grâce au revenu universel transforme les individus impactés par ces changements en acteurs proactifs plutôt qu’en victimes. C’est également une façon pour les entrepreneurs du CJD de se retrouver « devant », précurseurs d’un humanisme entrepreneurial.

Quel est notre rôle dans ce dispositif ?

En tant que « Think and DO tank », le CJD est le laboratoire des mesures que souhaitent prendre les gouvernements. L’histoire a prouvé que nos entrepreneurs engagés sont en capacité de participer, fédérer et rendre compte d’une expérimentation d’une envergure nationale. Expérimenter le revenu de base avec les entrepreneurs membres du CJD et leurs salariés est une marque de prudence et sans doute de succès concernant une décision complexe à prendre dans le rapport social actuel. C’est l’opportunité de repenser en profondeur notre système de lutte contre la pauvreté et notre rapport au travail.


Emmanuel Amon
Le 10-04-2017
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz