Décembre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


On a échangé nos patrons

Prêter un salarié pendant une durée déterminée à une autre entreprise, sans qu’il y ait rupture du contrat de travail, est une idée qui peut paraître surprenante et qui pourtant est parfaitement légale à condition de respecter certaines règles, comme l’accord du salarié, la signature d’une convention et l’absence de but lucratif.

Très fréquente entre sociétés du même Groupe, le prêt de salariés est utilisé de longue date dans le secteur du bâtiment lorsque l’entreprise prêteuse connaît une baisse conjoncturelle d’activité, et que son dirigeant ne veut pas licencier les salariés inoccupés. Ainsi, l’entreprise prêteuse réduit ses coûts sans avoir à se séparer définitivement des compétences qui lui seront nécessaires au moment du regain d’activité. Quant à l’entreprise emprunteuse, qui n’a pas forcément les moyens d’embaucher, elle peut faire face à son besoin temporaire de main-d’œuvre avec un maximum de flexibilité. Mais ce n’est pas tout. Cette formule permet aussi au salarié d’enrichir son parcours professionnel, de développer ses compétences et d’améliorer son employabilité.

Démocratiser le prêt de salariés

C’est pour faciliter le prêt de salariés entre entreprises, que Christophe Japiot expert-comptable parisien a créé il y a trois ans, Flexojob.com, une plate-forme spécifiquement dédiée aux TPE et PME. « Mon objectif est de démocratiser le prêt de salariés entre entreprises de moins de vingt salariés en leur apportant de la flexibilité. Un comptable d’un cabinet médical peut, par exemple, faire la comptabilité chez un avocat ou un coiffeur. Ainsi,les sociétés qui ont besoin de main d’œuvre sur une période donnée s’inscrivent sur le site. Même chose pour celles qui connaissent une période de creux. Ensuite, nous faisons en sorte qu’offre et demande se rencontrent. A terme, nos adhérents paieront 20 euros par mois pour bénéficier de ce service sachant qu’actuellement nous en comptons 4 000 et en espérons assez vite 10 000. » Le site se charge pour les entreprises clientes, de l’ensemble de la partie administrative.

Une solution RH globale

Gilles Pacouret, ancien responsable Ressources Humaines dans une société informatique et ancien juge au tribunal de commerce d’Evreux a mis en ligne Masolutionemploi.com en juillet 2014. Dès le mois de juin de cette même année, le Grand Evreux Agglomération signait avec cette plate-forme une convention de partenariat afin d’expérimenter et promouvoir sur son territoire, ce modèle de coopération inter-entreprises. Pour le GEA, le prêt de salariés permet d’anticiper les besoins en compétences des entreprises locales et leur apporte des réponses adaptées. Depuis cette date, Gilles Pacouret arpente la Normandie pour promouvoir son entreprise. « En dehors du prêt de collaborateurs “classique”, je travaille aussi autour du prêt partage. C’est le cas de cette société de transport scolaire normande, dont les chauffeurs travaillent uniquement le matin et le soir. Pour leur employeur, il est difficile de conserver ces collaborateurs trop peu employés et donc, trop peu payés. Du coup, tout en respectant la législation en vigueur, nous étudions la possibilité qu’ils puissent être prêtés, quelques heures par semaine, à des entreprises qui pourraient les employer dans d’autres fonctions, par exemple l’aide à la personne. Toujours dans cette optique d’aller au-delà du prêt classique, nous envisageons d’étendre la formule au reclassement professionnel, en mettant en place le prêt reconversion. Il peut s’adresser notamment, à l’ouvrier du bâtiment qui avec l’âge ne peut plus ou ne veut plus, exercer certaines fonctions. » Des solutions qui se développent avec la signature de différents partenariats et de contacts avancés avec France Clusters. Quant à la plate-forme, elle se rémunère en facturant la prestation entre 3 et 15 % calculés sur la base du salaire chargé de l’employé prêté.

Une alternative aux licenciements économiques et au chômage partiel

Finalement, le prêt de compétences peut permettre aux entreprises d’adapter leurs effectifs aux fluctuations de leurs carnets de commandes tout en préservant l’emploi et en maintenant les contrats de travail. Il offre, en plus de la flexibilité, un autre avantage, celui de bénéficier de salariés directement opérationnels puisquele plus souvent, les prêts se font entre entreprises du même secteur. Forme atypique d’emploi et de travail, la mise à disposition temporaire de salariés pourrait être une alternative aux licenciements économiques et au chômage partiel.


Isabelle Chatain
Le 1-02-2017
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz