Juillet 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Entreprendre à 16 ans

Plus jeune entrepreneur de France, Philippine Dolbeau, 16 ans, a inventé New School, une solution technique qui modernise la manière de faire l’appel. Ou quand la valeur n’attend pas le nombre des années.

« Je suis passionnée par le monde de l’Enseignement et les technologies. Actuellement en classe de Première dans un lycée parisien, j’ai appris par mes propres moyens à monter un projet dans lequel j’ai toujours cru : révolutionner les traditionnels cahiers d’appel par un système automatique et simplifié.Consciente que le monde de l’Education a besoin d’un réelcoup de neuf et ayant toujours eu envie de m’investir dans ce milieu, j’ai eu l’occasion de créer une mini-entreprise dans le cadre de mes cours de PFEG (Principes Fondamentaux de l’Economie et de la Gestion) l’année dernière en classe de Seconde. J’avais pas mal d’idées, mais aucune dans laquelle je croyais vraiment… Et puis j’ai un jour vu ce reportage à la télévision : un enfant de 9 ans ayant été oublié dans les hangars de la compagnie de bus scolaires après s’être endormi dans son car sur la route de l’école, le 6 Octobre 2014, à Bordeaux. Parce que ses enseignants n’avaient pas fait l’appel, il est resté enfermé plus de 8 heures dans le véhicule, sans manger ni boire. »

A partir de ce moment-là, c’est le déclic. Tout se bouscule dans la tête de Philippine. Elle réfléchit toute la nuit et l’idée naît le lendemain matin : Il faut créer un système d’appel électronique, sécurisé et simple d’utilisation. Pour un grand nombre de professeurs, faire l’appel est une corvée, ou quelque chose qu’ils trouvent inutile. Pour d’autres, c’est une façon de dire bonjour à leurs élèves, un rituel, quelque chose de normal.Vous l’aurez compris, ce projet existe pour réduire le temps passé pour faire l’appel, mais aura très bientôt de nouvelles fonctionnalités comme le payement en cantine ou en cafétéria, l’emprunt de livres à la bibliothèque du lycée, ou encore une sortie plus rapide à la fin de cours. Le but avoué est de moderniser le monde de l’Education dans lequel Philippine immerge depuis presque toujours. Il est aussi d’améliorer la sécurité des élèves en ayant un système rapide qui permet de prévenir l’administration et les parents en cas d’absence.

« Le but de cette aventure n’est pas de vivre une success-story ! Réussir, c’est évidemment ce que j’espère, mais ce que je souhaite avant tout, c’est vivre une aventure humaine et personnelle forte.On ne peut jamais réussir sans avoir essayé, j’en suis convaincue ».


Gilles Trichard
Le 30-11-2016
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz