Septembre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Présidentielles 2017 : qui parle des vrais problèmes ?

Pour la prochaine Présidentielle, nous avons le choix. L’embarras du choix pour être plus précis. Et plus l’embarras que le choix d’ailleurs. Ils seront en effet une quarantaine à rivaliser pour aller dormir pendant 5 ans à l'Elysée. Il y a tout à parier qu’une fois encore, nous aurons à nous déterminer sur le moins mauvais candidat à défaut du meilleur. Et, pire, il y a tout à parier qu’on n’abordera pas au cours de cette campagne les vraies questions.

L’ambition, énergie renouvelable

Il faut croire que le poste reste attractif, même après plusieurs mandatures que nous pourrions qualifier pudiquement de « compliquées ». L'ambition personnelle : quel fantastique carburant ! Une vraie énergie renouvelable tant elle semble ne jamais se tarir chez nos politiques. C’est le tout à l’ego. Certains croient fermement en leur bonne étoile. D’autres s’immiscent dans l’aventure uniquement en vue de rallier chèrement leur soutien un peu plus tard, après le premier ou second écrémage dont ils seront les victimes. Avec en bout de course, peut-être, un strapontin ministériel…

Vide sidéral et sidérant des idées

Face à ce trop-plein d’ambitions, notons le vide sidéral et sidérant des idées. Ce n’est plus l’arbre qui cache la forêt, mais la forêt qui masque le désert. A gauche, on a recours aux vieilles recettes . On fera payer les riches qui ne décampent pas ou les entreprises. Enfin, les entreprises… plutôt les TPE et PME.Car nous savons ce qu’il en est de la relation à l’impôt des grandes entreprises françaises et étrangères. A droite, c’est le grand flou. On parle de primaire, mais c’est davantage de maternelle dont il s’agit, compte tenu du niveau des débats. A gauche comme à droite, pour rallumer les étoiles, prière d’attendre ! Notons au passage que la dette, le sujet qui a été au cœur de la dernière présidentielle, est aujourd’hui une question qui ne se pose plus ? Silence radio. A croire que les taux négatifs ont mis fin au problème.

Les patrons et le syndrome Reine des Neiges

Face à ce néant programmatique, que proposent les patrons ? Depuis longtemps, la parole des patrons est phagocytée par quelques organisations dont le discours - invariablement le même - est relayé dans les principaux médias : il faut libérer l’entreprise, délivrer les entrepreneurs de la pesanteur des charges et taxes et du carcan des lois.Libérés, délivrés… Les patrons sont-ils victimes du syndrome Reine des Neiges, condamnés à vociférer imperturbablement les mêmes revendications ? Les médias donnent trop souvent la parole aux patrons pour recueillir leurs doléances. Pourtant, un autre discours existe. Celui du CJD par exemple.

Des entreprises, mais aussi des citoyens

Il faut lire le numéro d’octobre de Dirigeant Magazine. Parce qu’il donne justement la parole à des patrons qui, au lieu de se plaindre, montrent comment il est possible de contribuer à la solidarité nationale, et pas simplement en s'acquittant des diverses taxes dont ils sont redevables auprès de l'Etat français. En allant dans les territoires perdus de la République, banlieues et prisons, affirmer que ce vilain mot de « travail » a encore un sens et peut-être aussi un avenir. En montrant que l’art n’est pas aux yeux des entrepreneurs qu’un business mais qu’il peut extraire des individus des déterminismes de leur condition sociale. En osant affirmer cette thèse pour beaucoup révolutionnaire : un dirigeant d’entreprise est avant tout une femme ou un homme, une mère ou un père, une fille ou un fils, autant soucieux du devenir de la Société que de celui de sa société.

Où est la France ?

Il faut lire le prochain numéro Dirigeant Magazine pour prendre également conscience avec Luc Ferry de la fantastique révolution technologique dans laquelle nous sommes engagés. Ses répercussions sur les plans économiques, sociaux, politiques sont incommensurables. Avec les avancées de la technomédecine et l’influence du courant transhumaniste, l’Humanité va peut-être muter. Et il ne s’agit pas là de science-fiction ! Alors qu’en Europe et singulièrement dans notre pays, notre attention est presque exclusivement focalisée vers le passé, vers un monde et une France qui n’existent plus, les Etats-Unis et la Chine regardent vers le futur en imaginant les formidables potentialités offertes par la troisième révolution industrielle. Qui sont les grands acteurs du monde de demain ? Les GAFA et consorts… des entreprises parmi lesquelles on ne compte quasiment aucunes entreprises européennes et strictement aucune entreprise française.Pourtant, les start-ups françaises sont légion. Que deviennent-elles ? La créativité, la compétence, l’envie sont indéniablement présentes en France. Pourquoi ces qualités entrepreneuriales se heurtent-elles rapidement à un plafond de verre ?

Dans la course pour la présidentielle, quid de la citoyenneté et de la politique industrielle ? Ce sont ces questions qui engagent notre avenir à la fois sur les court, moyen et long termes. Mais qui pour s’en saisir ?

Lionel Meneghin
Le 17-10-2016
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz