Mars 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Solide et durable comme la paille

Chantier de la résidence Jules Ferry
Il y a trois ans à Saint-Dié-des-Vosges, la résidence HLM Jules Ferry accueillait ses premiers locataires. Deux immeubles de bois et de paille couleur brique, blanc et gris métallisé. Des structures solides, durables et très peu gourmandes en énergie. Avec ses huit étages, l’un des deux bâtiments est le plus haut jamais construit en France avec ces matériaux.

Installée sur un terrain de 2 500 m² la résidence Jules Ferry est à la fois bénéfique pour la planète et pour le porte-monnaie de ses résidents. Les façades des bâtiments sont constituées d’une ossature en panneaux de bois massif d’épicéa, doublées de caissons de bois empilés les uns sur les autres. Au total, ce sont 700 caissons de 50 centimètres d’épaisseur, remplis chacun de cinq bottes de paille agricole, hermétiquement fermés, qui ont été nécessaires. Soit 10 hectares de paille au total.

BON POUR LA PLANETE ET POUR L’ECONOMIE

« La paille, explique Antoine Pagnoux architecte chez ASP architecture, le maître d’œuvre de ce chantier, est un excellent isolant thermique, économique et renouvelable. Pour mener à bien ce chantier, il a fallu relever trois défis : la grande hauteur de bois, la nécessité de diminuer au maximum les consommations énergétiques des bâtiments (labellisation PassivHaus), et l’utilisation de matériaux de construction bio-sourcés. »

En effet pour le Toit Vosgien, le bailleur social à l’origine du projet, il ne s’agissait pas de battre un record de hauteur, mais de construire des bâtiments durables en réduisant au maximum les charges locatives. A la structure bois/paille s’ajoutent des panneaux solaires thermiques, la récupération de la chaleur des eaux usées collectives, de l’énergie produite par géothermie… Et côté économies, c’est gagné ! En 2014, les charges locatives, tout compris, s’élevaient à 18 euros par mois pour un appartement de 90m². « Il faut rappeler que la paille est un déchet. Il n’y a rien à manger et c’est de plus, un matériau renouvelable, poursuit Antoine Pagnoux. Ce mélange bois/paille est l’un des modèles de construction d’avenir. Il faut privilégier l’intelligence des constructions et leur simplicité, en se souvenant que ce qui est bon pour notre planète est bon pour l’économie. »

Plus de 3 500 maisons de paille en France

Le procédé de construction bois/paille n’est pas nouveau dans notre pays, mais il a réellement pris son essor depuis une dizaine d’années. « Ce développement a été d’abord porté par l’autoconstruction explique Julie Laurin, administratrice du Réseau Français de la Construction en Paille. Afin d’accompagner son succès, nous avons mis en place courant 2012 des formations pour les professionnels et nous avons travaillé pendant quatre ans à la mise en place des règles de la construction bois/paille. Cette tâche menée par des professionnels avec le consensus de toute la profession a abouti à l’équivalent d’un DTU (Document Technique Unifié). Actuellement avec l’aide de fonds européens, nous préparons un programme de formation à destination de l’Europe, et cet été nous accueillerons à Montargis, les rencontres européennes de la construction en paille, rendez-vous qui a lieu tous les deux ans. »

Un réseau national actif dans toute la France, à l’image de celui de la Région Rhône-Alpes, où Emmanuel Deragne, chargé de mission, recense l’offre disponible sur ce territoire. « Il existe en Rhône-Alpes environ 350 constructions de ce type, essentiellement en milieu rural et sur des petites communes, là où le terrain n’est pas cher. La plus ancienne remonte à 1992. Désormais, le rythme des constructions s’accélère et l’évolution tend vers le haut de gamme que ce soit en termes de prix ou de prestation. Aujourd’hui dans notre Eégion, le principal frein à leur développement est lié à la difficulté de trouver des professionnels compétents. »

ET LA MAISON DES TROIS PETITS COCHONS ?

C’est aux Etats-Unis que les maisons uniquement en paille sont assez nombreuses. Les bottes sont posées les unes sur les autres, à la manière des murs de briques et tassées avec le toit. En France et pour la première fois, une maison en paille porteuse, d’une surface de près de 150 m² a été construite à Saint-Nom-la-Bretèche et a obtenu en 2014, la garantie décennale d’un assureur. De quoi essouffler définitivement le grand méchant loup !


Isabelle Chatain
Le 24-08-2016
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz