Septembre 2018


Grèce : l’histoire qui n’est pas dans les livres

Si le NON au référendum est désastreux pour les Grecs, car le plus dur est à venir, c’est une formidable opportunité pour l’Europe.

Quand nous y regardons de près, l’Europe n’a pas d’histoire digne d’être narrée ou débattue comme peut l’être celle de beaucoup de pays qui la compose.

En tant que nation, chaque pays une histoire forte de guerres, de famines, de richesses, de patrimoines, de cultures, de folklores ou encore de crises. Et c’est tout ça à la fois qui nous est enseigné à l’école et qui développe notre sentiment d’appartenance et notre citoyenneté.

Si l’Europe a un sens incontestable, quelle est son histoire ? Hormis des dates de traités ou des intégrations plus ou moins réussies de pays, il n’y a rien. Du juridique, des lois et des normes autour desquelles chaque pays s’arrange pour les respecter ou les contourner.

L’Europe s’est construite au fil d’une succession de compromis, de « tape m’en 5 » et de clins d’œil entre dirigeants interprétés comme des accords tacites et des promesses. Pensez-vous que la France en serait là, à ne tenir aucun engagement sur l’endettement et sur les réformes en 3 ans, s’il n’y avait pas eu promesses verbales et postures volontaristes de la part de notre président de la République ?

Inconsciemment et peut être que pour le plus grand bien de l’Europe, Alexis Tsipras a choisi la rupture et l’affrontement, convaincu que fort du soutien de son peuple et d’une économie nationale qui ressemblent à un ménage surendetté qui pointe à la Banque espérant obtenir 50 € pour payer l’abonnement Canal+ et le prêt de la voiture qu’il n’avait pas les moyens de s’acheter. Il pourrait tenir tête à un ensemble composé de 577 millions d’habitants bien trempés et dont certains sont sortis glorieux d’une période de rigueur incontournable.

L’Europe a besoin de cet épisode pour construire un morceau d’histoire, pour savoir si c’est possible, pour mieux approfondir les relations entre nations, les alliances et les contradictions politiques. Comment vont se comporter les pays intransigeants telles l’Allemagne ou l’Islande ? Quelle va être l’attitude des pays qui sont passés par une période identique telle que l’Espagne et le Portugal ? Quelles idées cela pourrait donner à des pays qui jusque là tentaient de faire bonne figure ?

L’Europe a besoin que la Grèce s’interroge et doute pour mieux comprendre comment on doit l’intégrer et y vivre et comment on peut y rester ou pas. C’est un incontournable de toute construction identitaire.

L’Europe n’a connu aucun échec et, mais somme toute assez peu de réussite. L’Europe est une succession de legos empilés qui ne ressemblent finalement à pas grand-chose quand on regarde l’anarchie fiscale, sociale, économique et normative qui la caractérise aujourd’hui.

D’un point de vue politique aussi c’est une nécessité, car la Grèce va devenir un formidable observatoire sur lequel les hommes politiques vont pouvoir s’appuyer pour mieux comprendre le bien-fondé de leurs promesses nationalistes. Car Syriza a gagné, mais ça ne dit pas pour le moment s’il a raison.

L’Europe a besoin de connaître un échec, un précédent sur lequel elle pourra s’appuyer pour se remettre en question et construire l’avenir.

La tristesse, c’est que ce sont les Grecs qui vont en payer le prix. Aujourd’hui ils oublient d’en vouloir à leurs précédents dirigeants qui n’ont rien fait, demain ils en voudront à ceux qui leur ont fait des promesses qu’ils pas su tenir.

C’est triste, mais c’est utile, car à bien y regarder, quand un pays ne fait pas de réformes, s’endette au-delà de son PIB, ne fiscalise pas pour caresser l’électeur, embauche des fonctionnaires à la pelle et augmente la dette par habitant sans penser à l’avenir, c’est un peu normal que ça se paye un jour et, en général, c’est douloureux.

Tiens d’ailleurs, à bien y regarder, ça ne ressemble pas de près ou de loin à pays que je connais bien ?

Christophe Praud, directeur de la publication
Le 9-07-2015
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz