Octobre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


L'art au service de l'entreprise

Marine et Clémentine
« Du poète maudit aux représentations chevelues, les littéraires n’en finissent pas d’être identifiés à des marginaux. La société se les paye comme un luxe, tribut obligé de la démocratie, des droits de l’homme et de la tolérance. Littéraires qui êtes aux cieux, restez-y et nous, nous resterons sur la terre où nous produirons les richesses qui serviront à vous subventionner » , ironisait le philosophe Alain Etchegoyen qui se réjouirait de l’émergence aujourd’hui d’initiatives entrepreneuriales émanant de littéraires. Focus sur l’une de ces initiatives, portées par Clémentine Parâtre et Marine Rozet.

Jeunes, belles et intelligentes… A croire que les fées se sont penchées sur leurs berceaux ! Clémentine et Marine sont conscientes d’avoir les atouts pour évoluer dans un monde très masculin. « Le rapport est différent, avoue Clémentine. Il y a une forme de séduction commerciale ». Pas de naïveté donc, mais pas d’ambiguïté non plus. Car elles savent se protéger et faire dépasser « l’effet de halo » que leurs interlocuteurs éprouvent naturellement. Professionnalisme avant tout !

La connivence des deux amies est née il y a longtemps déjà. Elle s’est prolongée dans la création d’une entreprise, la solution imaginée pour se retrouver ensemble, même dans la vie professionnelle. Voilà donc le déclic : chercher un moyen qui permette de continuer à partager des moments ensemble, d’approfondir encore leur relation. Voilà comment naît une entreprise. Non par envie de se sentir plus libre ou par amour du gain, mais par désir d’approfondir toujours plus leur relation déjà solide.

Aussi forte que soit l’envie de travailler ensemble, encore faut-il un projet économiquement viable à développer. Et accessoirement des compétences à mettre en face. Or, les deux femmes sont des « théâtreuses ». Pas facile avec ce bagage de se faire une place dans un univers – celui de l’entreprise - qui lasse plus de place aux chiffres qu’aux lettres. Mais comme l’écrivait encore Alain Etchegoyen, « l’entreprise n’offre jamais à l’analyse des objets aussi lisses et parfaits que le chiffre ou le nombre ». Derrière l’aridité des chiffres, le sens de l’humain ? Clémentine et Marine ont donc un coup à jouer. Et c’est précisément par la mobilisation des matières artistiques qu’elles donneront vie à leur projet.

Ainsi naît PROCESSUS, dont l’ambition est d’accompagner les entreprises dans leur processus de transformation. Pour effectuer ce travail, Clémentine et Marine s’entourent d’intervenants du même profil que le leur, « centrés sur la dynamique de groupe et non sur le métier de l’entreprise ». Leur entreprise est aujourd’hui couronnée de succès. Le niveau d’activité est élevé. Un recrutement est en cours. Qui croit toujours que les littéraires n’ont pas leur place dans l’entreprise ?
Antoine Lefranc
Le 11-05-2015
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz