Septembre 2018


3 conseils pour aller à l'international

Les PME/TPE doivent cesser de penser que l’international n’est pas pour elles. S’internationaliser, ce n’est pas sorcier. Et c’est sans doute à l’étranger que se trouvent les leviers de développement et de survie pour l’entreprise.

Se renseigner

La préparation et la veille sont essentielles : se renseigner sur les opportunités du marché, prendre contact et référencer les réseaux institutionnels et professionnels sur place peuvent faire gagner du temps et de l’argent. Renseignez-vous sur les aides à disposition. De nombreuses aides sont mises à disposition des entreprises, que ce soit pour financer la prospection, le risque crédit et de change, ou encore financer le développement export grâce à des crédits d’impôt. Ces aides sont référencées et répertoriés dans le guide Osez l’international rédigé par le CJD.


Préparer le terrain

Il est important de prendre le temps de se déplacer, d’aller voir, sentir l’ambiance et les enjeux réels du marché à investir. Rien de tel que le relationnel pour instaurer des échanges durables. Pour les adhérents du CJD, un réseau de contacts de qualité est à disposition : à utiliser sans modération…


Se jeter à l’eau

On n’est jamais prêt ! C’est pour cette raison qu’il faut oser. Au pire, l’entrepreneur reste sur son marché, en ayant tout de même benchmarké sur ce qu’il se passe sur les marchés extérieurs ; au mieux il décroche de nouveaux marchés qui te permettront d’accroître ton chiffre d’affaires et donc de te développer.


Plus d’infos :Guide « Osez l’International »


Stéphanie Le Dévéhat
Le 13-01-2015
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz