Décembre 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


So-Buzz : Droit au but

De gauche à droite : Stéphane Boyer, Alexandre Durain, Mathieu Masy
L’entreprise 100% CJD est-elle une utopie ? Examinons le cas So-Buzz...

L’attaquant

2006, en surfant sur le web, Alexandre Durain, alors freelance, tombe sur le site institutionnel du CJD et remplit le formulaire de contact pour obtenir des informations et coordonnées sur le CJD dans l’Aude. Cette action anodine va bouleverser sa vie professionnelle, voire personnelle ! Guillaume Abello, alors Président du CJD Languedoc-Roussillon, le recontacte et l’embarque dans l’aventure en lui proposant de relancer la section du CJD de l’Aude qui avait fermé quelques années plus tôt.

Alexandre Durain, qui ne laisse aucun défi de côté, lance la nouvelle section avec 6 autres co-fondateurs, il devient le premier Président, et prend son bâton de pèlerin pour promouvoir les valeurs et bénéfices d’une implication au CJD. Résultat : en 1 an la nouvelle section compte 60 candidats à l’issue de sa soirée prestige co-animée par Gontran Lejeune, alors Président national, en 2008.

Alexandre avoue alors« C’est au CJD que j’ai découvert le métier de dirigeant d’entreprise. Après ma première année, je suis moi-même passé à l’acte et j’ai fondé OptraGroup, une agence de web marketing. L’idée, la structuration, tout m’a été apporté par la commission STAR du CJD dont les outils m’ont permis de définir ma vision et la stratégie pour la décliner ».

En parallèle, Alexandre, professeur à l’École des Mines depuis déjà plusieurs années, révolutionne ses cours grâce au module de conduite de réunion du CJD.« J’ai totalement refondu mes cours et cela a énormément impacté ma relation avec mes étudiants. D’ailleurs, lors de leurs évaluations de leurs professeurs, ils m’ont donné des notes au top du top ».Et, en parallèle du développement de sa structure, Alexandre va s’engager à fond au CJD et s’impliquer dans les commissions, les formations, le rayonnement ou encore en étant présent et actif lors des différents événements locaux, régionaux ou nationaux.

Le passeur

Aujourd’hui, Alexandre a revendu OptraGroup à un de ses premiers collaborateurs, qui est également devenu Jeune Dirigeant. Il nomme affectueusement « ses filleuls » les chefs d’entreprise qui lui ont succédé à la tête du CJD Aude. Mais il ne se repose pas pour autant sur ses lauriers.

En 2011, il est approché parMathieu Masy et Stéphane Boyer, tous deux diplômés de l’École Nationale Supérieure des Mines qui démarrentune activité d’auto-entrepreneur en tant que développeurs web. Les deux anciens élèves détectent rapidement le potentiel offert par la plateforme Facebook et décident de l’exploiter au profit des entreprises. Leur premier but sera marqué auChallenge Innovation 2011 qu’ils remportent avec le projet nommé à l’époque Socialyze. Ils vont alors approcher Alexandre Durain, leur ancien professeur, espérant que sa web agency devienne leur premier client. Mais le goût du challenge prend le dessus.

Enthousiasmé par le projet, Alexandre leur propose non pas une relation client/prestataire, mais une vraie association. Celle-ci sera conclue en décembre 2011 par la création de So-Buzz SAS fondée sur des valeurs partagées et un apport égalitaire au capital. Avant tout, Alexandre veille à transmettre à ses jeunes associés et aux collaborateurs de la start-up tout ce qu’il a appris au CJD.

Il nous explique :« Toute préparation de rendez-vous ou compte rendu se fait selon le schéma Thème Objectif Méthode développé par le CJD. Le plan d’action annuel est préparé entre les associés puis validé et enrichi avec tous les collaborateurs. Il n’y a aucune prime individuelle : tout est collectif car tout le monde, même les stagiaires, est partie prenante et participe au projet. »

L’équipe de So-Buzz tient également à ouvrir ses portes à tous. Ainsi ils ont confié les relations clients et le développement international à un jeune qui avait été exclu du monde du travail en s’appuyant sur le dispositif ANNC (activités nouvelles/nouvelles compétences) du CNAM Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce dernier travaille d’ailleurs avec un jeune apprenti actuellement en Master à l’ESC de Montpellier.

Leader du championnat

Difficile de dire si c’est cette transcription des outils et valeurs du CJD dans l’ADN de So-Buzz qui lui a permis un développement fulgurant, mais Alexandre Durain est convaincu que cela y a fortement contribué.« Je suis fier de tout ça, c'est  le fruit du CJD... »

Son travail et son énergie y sont aussi pour quelque chose. Il a l’idée de contacter Corinne Gensollen, directrice des opérations de l’Olympique de Marseille qui cherchait justement des solutions pour récupérer les coordonnées des 1 500 000 fans de la page Facebook de l’OM. Et le 8 décembre 2011, alors qu’il était d’ailleurs sur Paris pour un comité de pilotage du CJD, il reçoit un coup de fil lui demandant d’être le lendemain à Marseille car le club de foot phocéen est séduit par l’offre de So-Buzz.

Le coup d’envoi est donné et la jeune entreprise va enchainer les succès au niveau régional et national.

400 % de croissance entre le 1er et le 2ème exercice : ça fait rêver, non ? Alexandre résume le succès de son équipe :« Nous bénéficions d’un fort capital sympathie auprès de nos clients qui apprécient la qualité de notre travail, mais également notre réactivité et notre inventivité. » Orange permet à So-Buzzde lancer une opération pour laLigue 1 avec un système de pari mixant des points accumulés surFacebook,Twitter et site internet. L’entreprise réalise des campagnes pour Voyage Privé, le MuCEM ou encore l’Equipe et Pixmania tout en accompagnant également des TPE et PME. Alexandre Durain a transmis sa maxime à ses associés « Tout à fond avec de bonnes accélérations » ce qui permet à l’entreprise de suivre un rythme de développement soutenu sans oublier le respect des clients et la qualité des services fournis, le tout basé « sur des valeurs et du bien-être collectif » martèle Alexandre.

L’avenir

Consciente des besoins de visibilité liés au lancement d’entreprise, So-Buzz met ses compétences au service des jeunes entreprises, parsolidarité entre start-ups afin d’offrir à des projets prometteurs toute la visibilité qu’ils méritent, de rester en prise avec l’innovation et l’esprit start-up et de participer au développement d’un écosystème digital méditerranéen et national.

Dans cette perspective,l’entreprisea noué des partenariats avec les Startup Weekend de Marseille, Aix-en-Provence, Toulouse et bientôt Montpellier, La Start-up est dans le pré à Mende et Paris, Créer en Pays d’Aix ou encore Créalia’s Cup. Dans le cadre de ces évènements, So-Buzz offre aux projets les plus prometteurs un accès Premium à sa plateforme d’applications. Cettedotation permet aux jeunes pousses d’amplifier leurnotoriétéen utilisant le potentiel amplificateur des réseaux sociaux.

Alexandre Durain apporte également sonmentoring en matière de stratégie et de communication digitale aux jeunes talents. Il témoigne :« So-Buzz est une Startup qui aime les startups. Mes associés Stéphane et Mathieu, toute l’équipe et moi-même sommes très attachés à la création de valeurs et de bonheur. Nous avons la chance de vivre une aventure qui marche et nous aimerions que tout le monde puisse vivre la même chose. »

Cet engagement sociétal se concrétise également en dehors de l’entreprise avec l’implication d’Alexandre dans le réseau Colibri à Narbonne.


Nathalie Garroux
Le 26-09-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz