Juillet 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Wikispeed : la première voiture agile…

wikispeed.org
Ou comment Joe Justice le biennommé, mariant, pour réaliser son projet fou, l’approche agile à l’esprit communautaire « wiki », a conçu en trois mois (!) un bolide roulant à 240 km/h et consommant 2,3l/100 km. Avant de décider d’appliquer sa méthode à des causes humanitaires…

Un site, une histoire : wikispeed.org

C’est, en 2008, en conduisant un bolide rouge au cheval cabré lors de son mariage à Hawaï, que le consultant en management Joe Justice prend conscience de la chance qui est la sienne et réalise dans le même temps que si tout le monde faisait comme lui, cela reviendrait à creuser la tombe de la planète. Alors, à l’américaine, il décide de créer un bolide capable d’accélérer de 0 à 100 km/h en 5 s et ne consommant que 2,3l au 100km. Après quoi, bien sûr… il le fait !!!



Approche logicielle

Comme toute légende, celle-ci débute dans un garage, celui de Joe. La seule différence avec les épopées Harley Davidson, Macintosh ou Microsoft, c’est qu’on vit aujourd’hui à l’heure internet. Aussi Joe crée-t-il un blog sur lequel il raconte son projet. Rapidement, une équipe de bénévoles s’agrège autour de lui et se met à l’aider : simples passionnés pour certains, diplômés du MIT, ingénieur chez Apple ou à la Nasa pour d’autres ; la (future) voiture y gagne un nom : Wikispeed (le terme « wiki » désignant les œuvres collectives conçues en open source sur internet) et, très vite, une méthode révolutionnaire émerge : « l’extreme manufacturing », inspirée de « l’extreme programming », méthode agile de programmation de logiciels. Là où un cycle de développement classique dans la construction automobile s’étend sur plusieurs années, il passe, avec la wikispeed à… 7 jours ! Simulations (beaucoup), tests et retour utilisateurs (des expérimentateurs bénévoles)…


L’autre innovation majeure consiste à travailler en mode Lego, à partir de différents modules (moteur, carrosserie, etc.) tous définis en open source, c’est-à-dire copiables, modifiables, combinables… le tout, managé en mode agile (méthode Scrum) semaine après semaine, en associant chaque fois un expert à un néophyte pour assurer la transmission et minimiser les besoins en documentation et formation.

Aux dires mêmes des spécialistes, Wikispeed est sans nul doute aujourd’hui l’un des exemples les plus probants d’application du Lean Manufacturing.



Agile + Lego = Auto

Si le premier prototype voit le jour en 2009, c’est en janvier 2011 que l’une des premières Wikispeed « de série » est présentée, en vedette (on est aux USA : place aux entrepreneurs !) au plus grand salon de l’automobile du monde, à Détroit, tandis que pour démontrer le bienfondé de son système Joe embauche quelques dizaines de spectateurs ignorants et leur fait assembler en coulisses un modèle en… 3 heures ! Ses outils ? des machines numériques à 300 $ ; là où l’équivalent dans une chaîne Ford en vaut 100 millions, Ses logiciels ? Tous issus du « free », développés en open source par la communauté des internautes et dont aucun n’existait il y a dix ans. L’électronique embarquée ? Made in Arduino (célèbre fabricant associé aux Fablab) pour un coût de… 20 € !!!


Résultat : à la fin du salon, les patrons de Boeing et de John Deere (tracteurs) prennent Joe Justice à part et lui demandent : « Euuuh, Joe, comment tu fais, déjà, exactement ?... »



So what ?!...

Question superflue puisque, naturellement, dans le plus pur esprit internet, tous les fruits de l’aventure, du modèle économique aux logiciels et machines créées pour la circonstance ont été mis à la disposition de tous, en ligne, gratuitement.


Si, aujourd’hui, quelques dizaines seulement de Wikispeed sont en circulation dans le monde (les obstacles administratifs étant bien plus redoutables que les défis techniques ou économiques), le but de Wikispeed n’est pas de produire à grande échelle, mais plutôt de rendre abordable et écologique une nouvelle génération de voitures. La future Mini sera commercialisé 1000 $ (730 € !), la citadine l’est déjà à 17.000 $ et le roadster à 14.000 $. Au-delà, c’est vraiment l’esprit « fablab » et « Do it yourself » qui préside à l’évolution de l’entreprise qui vient de mettre au point des micro-usines expédiables par container pour permettre à des populations non qualifiées de construire leurs voitures sur une surface de quelques mètres carrés seulement.

Ayant également étendu le concept d’« extreme manufacturing » à d’autres champs d’actions tels que la distribution de vaccins ou la fabrication de matériel médical à bas coût, Joe Justice peut désormais compter sur une communauté mondiale de supporters ayant compris que son but (ainsi que le rappelle la baseline de son site) n’est autre que de « Résoudre rapidement des problèmes sociétaux ».

Incarnation parfaite de cette culture internet utopique faite de partage, d’ouverture et de collaboration, notre Américain moyen au nom de super héros est bien parti pour…



Le mois prochain :

Savez-vous parler Bitcoin ?…

Par Jérôme Bourgine

"Auteur de "1991-2011 : internet a 20 ans. Et maintenant ?" aux éditions du Puits Fleuri :www.puitsfleuri.com

Les chroniques d’Utopia (internet EST une utopie !)
Le 30-06-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz