Mars 2017
Un jour, tu te réveilleras et tu n’auras plus le temps de faire ce que tu voulais faire. Fais-le donc maintenant.
Paulo Coelho


Hexagone : Quand des Françaises réussissent en Espagne

Céline Nguyen lors d’une présentation d’ Hexagone
Hexagone c’est quoi ? Examinons ce que nous dit le logo? Language Solutions. Tout est dit. Céline Nguyen et Gaëlle Schaefer se sont lancées dans l’aventure entrepreneuriale, dans un pays voisin, certes, mais à l’étranger, c’est à souligner…Gaëlle et Céline débarquent à Madrid et vont écrire une histoire qui a désormais 11 ans. En voici, un aperçu dans cet entretien avec Céline…. Pour les plus curieux, pour ceux qui veulent des chiffres, des informations complémentaires, les réponses se trouvent sur hexagone.es, le site internet d’Hexagone.

En quelques mots comment décrire l’évolution Hexagone aujourd’hui?

On se rend compte du chemin parcouru en regardant l’évolution des locaux. Au début Hexagone, c’était deux personnes qui travaillent depuis chez elle. Puis, c’est devenu un local de 40 m2, et puis un autre de 80 m2. Quelques années plus tard, c’est le grand saut avec un établissement de 250 m2 près de Avenida de América. Désormais, Hexagone dispose d’un local de 500 m2.


As-tu trouvé dans ta formation initiale les compétences nécessaires pour faire naître le projet ?

Je dirais que oui, indéniablement. J’ai étudié à l’Université de Lettres Modernes à Paris, et j’ai choisi l’option FLE (Français Langue Etrangère), je savais donc comment m’y prendre pour enseigner le français, et de manière générale une langue. Et puis, Gaëlle, diplômée de Sciences Po Paris, avait un bagage solide en droit, compta, administration. Nous étions vraiment très complémentaires au niveau de nos connaissances pour faire naître le projet.


Quels sont les clefs de la réussite ? Est-ce difficile d’entreprendre en Espagne quand on est Français ?

Le défaut classique des Français est d’être trop théorique. Le langage terrain n’est pas notre fort. C’est le principal reproche que nous adressent les Espagnols. Le cas typique, c’est le jeune diplômé d’École de Commerce qui fait sa présentation Power Point face à une assistance médusée devant tant de concepts. On le voit aussi dans les relations humaines, beaucoup plus directe en Espagne, y compris dans un premier contact. Il n’est pas rare de finir un e-mail par un « abrazo »(1). Les formules de politesse à la française ne passent pas bien. Pour réussir, il faut apprendre à être cordial dès le début, et à briser tout de suite la glace. Cela va de pair avec la capacité à anticiper des retards de livraison par exemple, car le respect des délais n’est pas le point fort des entreprises en Espagne. C’est d’une manière générale, le revers de la médaille à ce côté très agréable des relations humaines volontiers informelles et détendues.


Quelles sont les spécificités du marché de travail en Espagne ?

Ce qui me vient tout de suite à l’esprit ce sont les horaires dits d’été, de 8h à 15h de mi-juin à mi-septembre dans beaucoup d’entreprises espagnoles, surtout les grandes. Cela surprend beaucoup au début. D’autant plus, qu’il est d’usage pour les salariés espagnols d’accumuler des heures en automne et en hiver pour en bénéficier. Faire des heures, rester tard, quand le temps est mauvais en pensant que le jeu en vaut la chandelle pour avoir son après-midi libre quand il fera beau et chaud. Et puis, le rythme de travail est différent d’une manière générale. Ce qui est amusant, c’est que les Espagnols s’autocritiquent souvent sur leur manière de travailler. Ils raillent leur manque de productivité. Ils citent les études qui le démontrent. Ils reconnaissent volontiers être atteints de réunionites.


Comment on se forme quand on est dirigeant Français en Espagne ? Y-a-t-il une formation continue pour dirigeant ?

Gaëlle et moi sommes membres d’une association, les francs-risqueurs. C’est vraiment très enrichissant de pouvoir nous retrouver avec des entrepreneurs français de tout horizon, de tout profil et de tout secteur. Nous avons des problématiques communes. Nous apprenons ensemble, nous nous posons des questions ensemble. Et puis, j’ai appris "sur le tas" lorsque nous avons décidé de mettre Hexagone en phase avec les normes internationales de qualité. Ce fut un apprentissage quotidien de m’impliquer sur la mise en place de la norme ISO 9001. Je me formais en même temps que je mettais en application mes connaissances.


Autour de quels axes Hexagone organise-t-il son développement aujourd’hui et pour les années futures?

Tout d’abord, Hexagone propose avec Hexakids des cours de langues pour les enfants. L’enseignement dans des lycées bilingues coûte cher. Nous proposons une alternative pour que les enfants qui ont grandi dans une ambiance biculturelle franco-espagnole -ou dont les parents ressentent des affinités avec la France- puissent apprendre le français ou se perfectionner dans cette langue. Nous proposons aussi une formation Mid-Mapping. Et puis, nous nous sommes lancés dans l’aventure de la franchise. Notre premier franchisé se trouve à La Corogne. Nous sommes positionnés comme franchise low-cost. Ça veut dire quoi? Un franchisé peut se lancer sans obligatoirement disposer d’un local. Ce qui est un sacré coût fixe en moins. Il y a à l’heure actuelle en Espagne, une multitude de franchises qui se développent dans des secteurs extrêmement diversifiés. C’est un axe de développement que nous privilégions tout particulièrement. Géographiquement, Hexagone a des clients et des professeurs, - et pas que de Français loin de là- présents sur toute la péninsule ibérique : Madrid, Lisbonne, Málaga, Séville, Bilbao, Saragosse, Valence, Barcelone, Gironne etc.… Et puis comment ne pas dire que nous n’oublions pas nos racines pour assurer notre croissance ? Gaëlle, par sa présence dans la capitale de l’hexagone assure notre développement à Paris.



(1) : Équivalent français à je t’embrasse.

Samuel Pinello
Le 6-05-2014
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz